8 raisons de ne plus manger de viande


Publié le : 19 févr. 2020

Par : La Rédaction

Thèmes abordés : viande  pollution  alimentation  consommacteur  vegan  vegetarien  environnement  protéines végétales 


En France, nous mangeons chaque année 85 kg de viande par personne (boeuf, porc et volaille).

Plus de 300 millions de tonnes de viande sont produites chaque année dans le monde.
À cette vitesse, en 2050, nous consommerons 465 millions de tonnes de viande, selon la FAO.
Selon l’OMS, chaque année dans le monde, près de 34000 décès sont liés à une alimentation trop riche en viande.

Pourquoi le fait de manger de la viande est aussi dangereux pour l'environnement et pour la santé ?
manger-viande-vegan-vegetarien

Parce que les émissions de gaz à effet de serre sont trop importantes :

Selon la FAO, l’élevage serait responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.
Pour se faire une idée de l’ampleur de dégâts, les transports émettent 14% de gaz à effet de serre.

Ces émissions de gaz sont dues à :
  • à la production et la préparation des aliments pour les animaux

  • au méthane que les animaux produisent
  • au stockage et à l’utilisation du fumier et du lisier

  • au transport et à la transformation des animaux en produits consommables (steacks, charcuterie)

Parce que l’élevage prend beaucoup de place :

70% des terres agricoles de la planète sont occupées par des cultures destinées à nourrir les animaux d’élevage. Chaque année, les surfaces agricoles destinées à l’élevage s’étendent de plus en plus.
L’élevage est la première cause de déforestation dans le monde. Les écosystèmes naturels sont sacrifiés pour laisser la place aux pâturages et terres agricoles qui occupent 30% de la surface de la Terre. 
Cela a pour conséquence la réduction de la biodiversité.

Parce qu’on va manquer d’eau :

La quantité d’eau nécessaire à l’élevage est abyssale. 
Selon l’organisation Water Footprint Network :
  • pour un kilo de viande rouge, il faut 15000 litres d’eau

  • pour un kilo de viande de porc, il faut 6000 litres d’eau

  • pour un kilo de poulet, il faut 4000 litres d’eau
L’eau va être de plus en plus rare à force d’élevage intensif et de cultures gourmands en eau, si nous continuions à consommer autant de viande. Selon l’Institut international de l’eau à Stockholm un régime végétarien est 10 fois moins gourmand en eau qu’un régime carnivore.

Parce que l’élevage pollue l’eau :

  • les pesticides : pour cultiver les céréales destinées à la nourriture des élevages, les agriculteurs utilisent beaucoup de pesticides.

  • les antibiotiques : les éleveurs donnent à leur bétail des antibiotiques. En 2015, 514 tonnes d’antibiotiques destinés aux animaux ont été vendus. en France.
  • le lisier : les agriculteurs utilisent les déjections animales comme engrais. Les nitrates de ce lisier se répandent dans l’eau. Trop de nitrates dans l’eau empêche le développement normal de la vie aquatique.
Ce nitrate, ces antibiotiques et ces pesticides sont une source importante de la pollution de l’eau.

Parce que d’autres pays consomment de plus en plus de viande :

Beaucoup de pays connaissent une forte croissance, ils rattrapent leur retard, et consomment de plus en plus de viande qui devient alors un symbole de réussite.

Parce que l’élevage intensif favorise l’apparition de maladies infectieuses :

L’élevage intensif favorise l’apparition et le développement de pathogènes à cause de l’utilisation abusive d’antibiotiques pour prévenir et traiter les maladies. Les producteurs utilisent aussi les antibiotiques pour stimuler la croissance des animaux.
Cet usage abusif d’antibiotique favorise l’apparition de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques. Ces bactéries ultra résistantes peuvent être transmises à l’homme. 
Selon le Ministère de la santé et des solidarités, si rien ne change, les maladies infectieuses d’origine bactériennes pourraient devenir en 2050 une des premières causes de mortalité.

Parce que le bien être animal n’est pas respecté :

80% de l’offre actuelle de viande est issue d’élevages intensifs. 

En France :

  • 83% des poulets sont élevés dans des conditions abominables (jusqu’à 22 poulets par mètre carré, dans des bâtiments sombres, sans liberté)
  • 58% des poules pondeuses sont élevées en batterie

  • 95% des cochons sont élevés sans paille, sur caillebotis, avec peu d’espace, peu de lumière.

  • 99% des lapins sont élevés en batterie sur des sols grillagés.
(source : www.viande.info)

Parce que c’est mauvais pour la santé :

Selon l’OMS, une trop grande consommation de viande rouge et/ou transformée (comme la charcuterie) augmenterait les risques de cancer colorectal.
Selon le CIRC (Centre International de recherche sur le Cancer) une consommation abusive de viande augmente les risques de maladies cardio-vasculaire, de diabète, et d’AVC.
D’ailleurs, une étude menée par l’IARC (International Agency for Research on Cancer) basée sur 45000 volontaires (âgés de 50 à 70 ans) a prouvé qu’un régime contenant peu de produits d’origine animale réduisait de 32% le risque de maladies cardiovasculaires.
 Source : European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC).

Les solutions :

Si vous ne voulez pas vous passer de viande :

Si vous souhaitez vraiment continuer à manger de la viande, privilégiez les producteurs locaux, les producteurs bio, qui assurent que l’animal a été élevé dans de bonnes conditions.
 On en mange moins mais mieux.
Certains labels vous aideront à faire un choix plus éclairé :
  • le label bio : la nourriture de ces animaux est bio et est produite sur le lieu de l’élevage. L’élevage hors sol est proscrit. La durée de l’élevage est plus longue. Les animaux sont soignés de façon naturelle sans antibiotiques.

  • le label Rouge : ce label garantie des qualités gustatives. L’élevage dure plus longtemps et dans le respect d’un cahier des charges stricte.
  • le label Bleu Blanc Coeur : ce label garantie une alimentation riche en omega 3.

  • le label AOP et IGP : ces labels donnent une certification sur l’origine géographique de la production ou de l’élevage mais ne sont pas une source d’informations sur la qualité et les conditions d’élevage.

Si vous souhaitez éviter la viande :

C’est l’occasion de vous ouvrir à des nouveautés culinaires.
Les végétaux regorgent de protéines végétales :
  • les céréales : le blé, le riz, l’avoine, le millet, le boulgour, etc…
  • les légumineuses : les pois, les haricots, les fèves, les lentilles, etc…
  • les oléagineux : les amandes, les noix, les noisettes, etc…
C’est l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs, d’être curieux, de s’améliorer dans l’art infini de la cuisine, de faire plaisir à ses proches tout en prenant soin de leur santé et de la planète.