Le soja : est-il bon ou mauvais ?


Par La Rédaction

Publié le 4 avr. 2019

Thèmes : proteines  soja  vegan  vegetarien 


Consommé depuis plusieurs millénaires en Asie. En Chine, par le soja fait partie des 5 grains sacrés (avec le riz, le blé, le millet).
Depuis quelques petites décennies, le soja arrive en force dans nos assiettes.
Certains disent que c’est le substitut idéal aux protéines animales, d’autres pensent que c’est risqué d’en manger.
De plus en plus, et pour des raisons de santé et de respect d’environnement, on essaie de manger moins de viande.
Du coup, pour la remplacer, plusieurs d’entre nous se tournent vers le soja. On dit qu’il s’agit d’une alternative végétale à la viande animale.
Est-ce vraiment une bonne idée ? Que penser du soja ?
soja-bon-mauvais-sante

Le soja : une alternative à la viande ?

Le soja est une légumineuse, reconnue pour être riche en protéines complètes. Il contient 40g de protéines pour 100g de soja et possède 9 acides aminés.
Les vegans et végétariens ont en fait un aliment central de leur alimentation.
Manger du soja permet d’éviter (ou amoindrir) sa consommation de viande sans acidifier son corps, comme on le fait en mangeant de la viande.

Que contient le soja ?

  • c’est une source de zinc et de fer (pour améliorer l’absorption de fer, associez le soja à des aliments contenant de la vitamine C).
  • le soja contient du calcium (mais dans une moindre proportion que dans les produits laitiers)
  • des vitamines C et des vitamines du groupe B
  • de bonnes protéines végétales et un apport en acides aminés essentiels
  • ne contient pas de cholestérol, mais du gras de bonne qualité (acides monoinsaturés et polyinsaturés). Le soja est riche en acides gras monoinsaturés et polyinsaturés (les fameux omega-3 et omega-6)

En quoi le soja est bon pour la santé ?

Le soja :
  • aide à préserver notre santé cardiovasculaire : les isoflavones qu’il contient aident à tonifier les vaisseaux sanguins. De plus, en mangeant plus de soja et moins de viande, on prend indirectement soin de notre santé cardiovasculaire.
  • lutte contre ostéoporose : les isoflavones aident à garder notre capital osseux, éviter la perte osseuse liées à l’âge, mais il faut tout de même apporter du calcium au corps pour permettre cette action.
  • amoindri les effets de la ménopause : les isoflavones aide à compenser la perte hormonale après la ménopause.

Pourquoi le soja est si critiqué alors ?

Ses bienfaits sont à nuancer :
  • parmi les 9 acides aminés qu’il contient, l’un d’entre eux, est présent en faible quantité. Il faut donc l’associer à une céréale pour avoir des protéines dites complètes.
  • Le problème du soja sont ses isoflavones. Ce sont des phytoestrogènes, une hormone féminine synthétisée par le corps humain. Ceux ci sont bons pour la femme ménopausée, car ils compensent le manque d’oestrogènes. Mais pour les autres, ces phytoestrogènes peuvent provoquer des dérèglements hormonaux
  • le soja diminue l’absorption d’iode. Chez les personnes sensibles aux dérèglements hormonaux, une consommation excessive de soja peut donc dérégler la thyroïde.
Le soja est inoffensif pour ceux qui en consomment depuis l’enfance.

Faut-il manger du soja ou non alors ?

Oui, on peut en manger mais en quantité raisonnable.
Il vaut mieux l’associer à d’autres protéines végétales comme les céréales ou les légumineuses pour assimiler au final des protéines complètes.
Préférez les soja fermentés ou coagulés (miso, tempeh, tamari, tofu) qui possèdent moins de phytoestrogènes.
Se limiter à un produit à base de soja par jour.

Contre-indications au soja :

  • Certaines personnes en sont réellement allergiques.
  • Les enfants de moins de 3 ans, les femmes enceintes ou qui allaitent doivent rester prudents. Dans ces périodes de la vie, ces personnes sont particulièrement réceptives aux phytoestrogènes. Trop d’isoflavones ne seraient pas conseillés.
 L’afssa conseille de ne pas dépasser une dose de 1mg/kg de poids corporel d’aliments à base de soja.
  • les personnes qui ont des problèmes de thyroïde, celles qui suivent des traitements hormonaux ne doivent pas abuser de consommation de soja.