Nous habitons le 3ème pays le plus pollueur au monde !


Par La Rédaction

Publié le 27 mai 2019

Thèmes :  


Si Internet était un pays, il serait classé troisième au palmarès des pays les plus pollueurs.
Alors que vous lisez ces lignes, il y a dans le monde 9 milliards de terminaux, qui ont accès à un milliard de sites web, utilisant 800 millions de boîtiers ADSL, 44 millions de serveurs et des milliers de data centers.
Des chiffres à en donner le vertige et surtout à ne plus vraiment pouvoir se rendre compte de la gravité du sujet.
Le web consomme de l’énergie tant au niveau de notre activité en tant qu’utilisateur mais aussi au niveau de la fabrication des appareils.
impact-pollution-numerique

La pollution du numérique

Les émissions de CO2

Frédéric Bordage, expert du numérique responsable, donne quelques malheureux constats et conseils.
Selon lui, les activités numériques c’est à dire, tous nos terminaux connectés à internet (ordi, tablettes, TV, smartphones) et en plus, toutes les les activités des datas centers et du réseau représentent presque 6% des émissions mondiales de CO2.
Selon greenit.com les émissions de gaz à effet de serre résultantes de notre activité numérique sont réparties de la façon suivante :
  • l’utilisation du web (47% des émissions)
  • le réseau (28% des émissions)
  • les data centers (25% des émissions)

Les besoins énergétiques du numérique

Le secteur informatique consomme 7% de l’électricité mondiale (selon Greenpeace).
Et ce n’est pas seulement l’utilisation électrique qui est polluante mais aussi les matières premières utilisées pour construire nos terminaux. L’extraction et la transformation de ces matières premières en composants électriques épuisent les ressources minérales et fossiles. Celles-ci ne sont pas renouvelables. Fabriquer un téléphone requiert environ 60 métaux différents dont seulement 20 seraient actuellement recyclables.
Les logiciels et applications sont gourmandes en énergie. Le code est souvent trop lourd et complexe. En moyenne, un smartphone utilise constamment 35 applications, même si l’utilisateur les as fermées. Ce qui use et diminue le temps de vie de la batterie.

Quelles prévisions pour demain ?

L’empreinte carbone du numérique augmenterait de 9% par an.
L’université de Dresde affirme que si nous continuons sur notre lancée, dans 25 ans, internet consommera autant d’énergie que l’humanité toute entière en 2008 !

Comment réduire sa pollution numérique ?

Au niveau de son usage quotodien du web :

  • trier et supprimer ses emails inutiles
  • se désinscrire aux newsletters non lues
  • supprimer les applications peu ou pas utilisées
  • utiliser un moteur de recherche responsable
  • il existe aussi des sites internet éco-conçus : le code informatique, selon son écriture, consomme plus ou moins de ressources. Le green code est une façon de coder pour optimiser la consommation de ressource par l’application créée.
  • limiter l’usage du cloud. Avoir accès à ses données en cloud impliquent des allers-retours entre le serveur et l’utilisateur. Le transport des données consomment plus que leur stockage. Il vaut mieux garder et consulter ses données en local.
  • préférer le wifi à la 4G : le wifi consomme moins d’énergie, surtout pour le transfert de données volumineuses comme les photos ou la vidéo.
  • regarder la télévision via le flux de la TNT : 70% de la bande-passante utilisée sur internet est liée à la vidéo. La vidéo en ligne représente plus de 60% du trafic internet. Par exemple : Netflix consomme à lui tout seul 15% de la bande passante mondiale (source : Sandvine)

Au niveau du matériel :

  • garder ses appareils le plus longtemps possible : selon Frederic Bordage, fabriquer un nouveau smartphone émet entre 50 et 100 kg de gaz à effet de serre. L’utilisation d’un smartphone équivaut à un kilo de gaz à effet de serre par an.
  • revendre son matériel, le faire recycler dans un centre spécialisé
  • éteindre sa box internet quand on ne l’utilise pas. Une box ADSL + la boîtier TV associé allumés en non-stop consomment 150 à 300 kWh par an.
  • éteindre tous ses appareils quand ils sont inutilisés

Newsletter

En vous inscrivant ici, vous allez être informé de nouvelles solutions durables :
Merci pour votre inscription et votre confiance !