L’impact environnemental d’Halloween


Par La Rédaction

Publié le 12 nov. 2019

Thèmes : environnement  plastique  pollution  éducation 


C’est l’une des fêtes les plus connues dans le monde. Depuis quelques années, les français commencent à adopter cette joyeuse coutume.
Pourtant, la fête d’Halloween pèserait très lourd sur notre empreinte écologique.
Entre les produits jetables, les emballages plastifiés, les déguisements et les décorations (souvent produites en Chine), on ne peut se cacher bien longtemps derrière nos masques.
Cette fête ancienne de plusieurs centenaires est devenue une formidable opportunité pour les marketeurs de combler le vide commercial entre la rentrée scolaire et Noël.
Ils ont trouvé la parade en transformant Halloween en nouvelle fête commerciale.
impact-environnement-halloween

Les origines d’Halloween

C’est une fête anglo-celtes dont les premiers vestiges historiques datent de 500 ans avant J-C. Halloween provient de All Hallows-Even (la veille de tous les saints). Les irlandais qui ont migré aux Etats-Unis ont emporté dans leur valise cette tradition.
C’est ainsi qu’Halloween s’est largement propagée outre Atlantique. Devenu une immense fête traditionnelle aux Etats-Unis, elle commence doucement mais sûrement à venir s’installer aussi en France.

Quelques chiffres :

Les Américains dépensent chaque année plus de 8 milliards de dollars à l’occasion d’Halloween :
  • 2,6 milliards de dollars pour les confiseries

  • 3,2 milliards de dollars pour les costumes (adultes, enfants et même les animaux de compagnie sont déguisés)
  • 2,7 milliards de dollars pour la décoration
  • chaque enfant américain consomme en moyenne 7000 calories de bonbons pendant cette période de l’année


L’impact d’Halloween sur l’environnement

Lumières, costumes, maquillages, décorations, sucreries, citrouilles à outrance pèsent lourd sur la planète.

Les costumes :

Souvent non recyclables, en plastique, fabriqués à l’étranger, sur-emballés, le cycle de vie des costumes coûte cher à l’environnement, et en plus ils sont souvent à usage unique.
En 2017 en Angleterre, par exemple, 7 millions de costumes sont retrouvés dans les poubelles.

Les décorations :

Selon le site maison-budget.com, 45% des foyers français ont acheté au moins un objet de décoration pour célébrer Halloween en 2018.
Souvent à usage unique, ils sont aussi une source de consommation d’énergie massive.
Tout comme les costumes, les décorations sont fabriquées dans des pays où les conditions de travail sont peu respectueuses de l’humain.

Les confiseries :

La période d’Halloween représente un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros en confiseries rien qu’aux Etats-Unis.
Un foyer sur deux achète des bonbons pour cette occasion à hauteur de 7 euros (source : Nielsen, 2018).
Dans ses bonbons, nous retrouvons du sucre raffiné bien sûr, mais aussi de l’huile de palme, des colorants cancérigènes et nanoparticules qui pénètrent dans l'organisme.

La citrouille :

Sa culture est très consommatrice d’eau et d’espace. Si elle n’est pas bio, elle a requis pour sa croissance des pesticides. Lourde et volumineuse, son transport pèse lourd dans la balance.

Les solutions :

Essayer de s’amuser sans détruire. S’amuser est un droit bien sûr. Se réjouir sans pour autant trop détruire est pourtant possible :
  • fabriquer son costume, ce qui peut être très festif aussi, tout en développant la créativité des petits et des grands
  • consommer moins de bonbons en quantité mais choisir des confiseries de qualité
  • louer son costume
Références

https://nrf.com/blog/2018-halloween-shopping-behavior
www.maison-budget.com
www.wisebread.com