Des bactéries pour soigner la dépression ?


Par La Rédaction

Publié le 23 mai 2019

Thèmes : dysbiose  microbiote  prébiotique  probiotique  alimentation  flore intestinale  antidépresseur  cerveau  or 


Plus de 300 millions de personnes dans le monde souffre de dépression, selon l'OMS, en 2015.
La recherche a prouvé que les bactéries intestinales des personnes déprimées sont différentes de celle qui ne présentent pas ce trouble.
On savait déjà que la dysbiose pouvait être liée à plusieurs maladies comme l’obésité, le diabète, asthme ou toute autre maladie intestinale de type côlon irritable.
Et si les bactéries de votre intestin avaient aussi une influence sur notre état de santé mentale ? Peut-on soigner son microbiote pour guérir la dépression ?
De plus en plus, les chercheurs s’intéressent à ces questions. La flore intestinale serait à prendre au sérieux pour minimiser les troubles de l’humeur, l’anxiété et la dépression.
depression-flore-intestinale

Lien entre la flore intestinale et notre cerveau

L’intestin est bien plus qu’un endroit de passage et de traitements des aliments. C’est un petit cerveau à lui tout seul. L’intestin possède un système nerveux. Il est recouvert de 200 millions de neurones qui font fonctionner la digestion mais qui sont aussi en contact avec notre cerveau. On entend depuis peu que le ventre est notre deuxième cerveau.
Il y a un lien clair et établi entre notre intestin et le cerveau : le stress a un effet sur la digestion. Mais l’inverse est également vrai.

Un sujet à controverse

Il y a de solides corrélations entre le cerveau et l’intestin, mais existent-ils une réelle cause ?
Les chercheurs ont remarqué que les personnes souffrant de dépression ou de la maladie de Parkinson possèdent des déséquilibres de la flore intestinale.
Des recherches sur les personnes autistes ont également montré un microbiote déséquilibré. Mais les médecins se demandent si ce n’est pas la maladie qui induit ce déséquilibre des bactéries intestinales.
On peut se demander si ce sont les bactéries qui crée l’état dépressif ou si la dépression qui modifie la flore intestinale ?

Les bactéries intestinales communiquent avec le cerveau

Le cerveau et l’intestin communiquent entre eux grâce à plusieurs moyens :
  • le sang : les bactéries fabriquent des métabolites (petites molécules). Ces métabolites entrent dans le sang et ont donc accès à l’organisme.
  • le système immunitaire : les métabolites vont activer mes cellules immunitaires. Ces dernières vont fabriquer d’autres molécules qui vont agir sur le cerveau.
  • le système hormonal : les métabolites vont activer les cellules du système endocrinien en fabriquant des hormones qui agissent sur le cerveau en agissant sur les neurones.
  • le système nerveux : les neurones de l’intestin activent le nerf vague jusqu’au cerveau.

La dépression peut être liée aux intestins ?

Les bactéries de l’intestin produisent des neurotransmetteurs

Ce sont des chercheurs de l’université de Louvain en Belgique qui ont démontré que les bactéries intestinales produisent de la dopamine er de la sérotonine. Ces substances, ont un rôle de neurotransmetteur (elles permettent une bonne communication entre les neurones), mais aussi d’hormones qui contrôle l’humeur.
90% de la sérotonine du corps est issue du système digestif (source : revue Cell, 2015).
Chez les personnes dépressives, ces deux substances ne fonctionnent pas de façon normale.

Quand certaines bactéries sont manquantes

Toujours à l’Université de Louvain, les chercheurs ont mis en évidence, sur 1054 volontaires, que les personnes souffrant de dépression, possédaient systématiquement très peu de bactéries de type Coprococcus et Dialister.
A l’inverse, lorsque ces deux bactéries étaient bien présentes dans l’intestin, les sujets étaient d’humeur plus stable.

Quand certaines bactéries sont trop présentes

Une autre étude réalisée cette fois en à l’Université Arctique en Norvège a révélé que les patients dépressifs avaient en quantité supérieure à la normale de bactéries intestinales de type Bactéroidetes et peu de bactéries de type Lachnospiraceae.

Réduire la dépression en modifiant le microbiote

Le microbiote agit sur la dépression ou alors c’est la dépression qui appauvrit le microbiote ?
Quelques études prouvent que l’on peut réduire la dépression en modifiant le microbiote.

Le laboratoire ETAP-Ethologie appliquée basé en France a réalisé une expérience sur deux groupes de personnes. Ils ont donnés à l’un des deux groupes des probiotiques (Lactobacillus helveticus et Bifidabacterium longum) pendant 30 jours. Les sujets ayant reçu les pro biotiques ont observé une baisse du stress et de l’anxiété.
Les chercheurs explorent la piste de psychobiotiques pour soigner les maladies mentales et l’anxiété.

Une autre étude menée par le Dr Emeran Mayer, gastro-entérologue à l’Université de Californie de Los Angeles en 2013, a montré à partir d’IRM que la consommation de lait fermenté (probiotique) pendant 30 jours modifie la zone du cerveau qui gère les sensations et émotions.

Comment soigner son microbiote ?

C’est notre alimentation qui fait la composition de notre flore intestinale. La première chose à faire et de corriger d’abord son alimention avant de prendre des probiotiques, en évitant les aliments ultra transformés trop enrichis en sucre, qui causent de l’inflammation et autres maladies.
Des études ont montré qu’un apport de probiotique avait un effet positif sur les zones du cerveau qui gèrent les émotions. Cet effet était observable sur des personnes dépressives mais aussi en bonne santé mentale.

Sources :
- Nature Microbiology
- Université de Louvain, Belgique
- Institut Micalis