La 5G : est-ce vraiment nécessaire ?


Publié le : 21 févr. 2020

Par : La Rédaction

Thèmes abordés : pollution numérique 


Le déploiement de la 5G est imminent. Son lancement européen démarre en 2020.
Les bénéfices en termes de connectivités promettent d’être époustouflants. On parle même d’innovation de rupture. Mais le prix sera cher à payer : un équipement 5G consommerait 3 fois plus qu’un équipement 4G.
En ces temps d’urgence climatique, la 5G est-elle une nécessité?

La pollution numérique est déjà omniprésente aujourd’hui, qu’en sera t-il à l’arrivée de la 5G ?
5g-danger

Quel est l’avantage de la 5G ?

La promesse de la 5G se base sur 3 points : le débit, la latence et la densité.
  • le débit : ou plutôt l’ultra haut débit. La 5G permet d’accéder à un débit qui va au-delà des 10 Gbits/s.
  • En gros, la 5G serait jusqu’à 100 fois plus rapide que la 4G.
  • la latence : c’est à dire le délais de transport d’une donnée entre l’émetteur et le récepteur. La 5G présentera 10 fois moins de latence que la 4G. Cela va augmenter les possibilités d’interactivité comme dans la conduite autonome, la télémédecine, et d’autres applications auxquelles on n’a pas encore pensé.
- la densité : la 5G permettra un volume plus important de données et donc un nombre important de connexions simultanées sans saturation du réseau.

A quoi servira la 5G ?

Grâce à ses meilleures performances, le 5G permettra des usages inédits dans plusieurs domaines :
  • la santé (télémédecine, surveillance à distance, téléchirurgie)
  • les médias et les loisirs (cloud computing, cloud gaming, vidéo ultra HD, réalité virtuelle, médias)
  • les transports (véhicules autonomes, transports intelligents, connexion entre voitures)
  • les villes intelligentes (maîtrise énergétique, sécurité, objets connectés)

La 5G sera-t-elle plus polluante ?

Les avis divergent à ce propos.
Par exemple, le PDG de Verizon affirme que « les équipements et terminaux 5G consommeront 10% de l’énergie consommée par leurs équivalents 4G ».
Tandis que d’autres, comme Hugues Ferreboeuf et Jean-Marc Jancovivi du Shift Projet affirment qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G.
Quoiqu’il en soit, la 5G aura des conséquences dont on peu dès aujourd’hui être certains :
  • la démultiplication des antennes-relais
  • l’augmentation des données stockées dans les data centers
  • la 5G sera au final incompatible avec des milliards d’appareils actuels, les rendant alors totalement obsolètes. Pour accéder à la 5G, il faudra acheter un nouveau téléphone.
 Or, la fabrication de nouveaux téléphones nécessite l’extraction de minerais et est une source de pollution conséquente tout au long de son cycle de vie.
  • de plus en plus de nouveaux objets connectés seront créés, utilisés, puis jetés
  • certaines fréquences de la 5G pourraient parasiter les outils météorologiques. Nos futures prévisions risquent d’être moins précises.

La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?

A l’heure actuelle, le Centre international de recherche sur le cancer a classé les champs de radiofréquences électromagnétiques en 4 groupes. Les ondes des téléphones 4G sont dans le groupe 2B, celui des ondes cancérogènes possibles.

Selon l’ANFR, les niveaux d’exposition du public aux ondes de la 4G sont inférieurs aux limites règlementaires.
Concernant la 5G, l’Anses manque d’études scientifiques sur les risques liés à l’exposition à ces futures ondes électromagnétiques.
Il existe à l’heure actuelle un flou d’informations qui nourrit toutes sortes d’inquiétudes. La solution est de ne pas se presser et de ne pas succomber à l’achat d’un nouveau téléphone compatible 5G dès lors que cela sera possible, attendre d'avoir plus d'informations.
La question du rapport bénéfice risque reste posée.
En vous inscrivant ici, vous allez être informé de nouvelles solutions durables :
Merci pour votre inscription et votre confiance !