Ces 5 blessures qui nous emprisonnent


Publié le : 20 août 2020

Par : La Rédaction

Thèmes abordés : enfance  psychologie 


« Connaîs-toi toi-même » disait Socrate.
Parce que pour bien vivre et connaître le bonheur, il faut aussi savoir reconnaître ses émotions, ses peurs : mieux se connaître passe aussi par reconnaître ses blessures pour mieux les surmonter.
 Notre mental fait tout son possible pour que nous ne voyons pas nos blessures. On cherche à cacher nos blessures aux autres, mais aussi à soi même alors qu’en les acceptant, on peut les affronter.
Il existe 5 blessures fondamentales qui, si elles ne sont pas reconnues, risquent de se scléroser. Les reconnaître est le meilleur moyen de s’en débarrasser selon Lise Bourbeau, auteur canadienne à succès.

Et vous, quelle est votre blessure ? Et comment reconnaître la blessure des autres, pour mieux les comprendre... Comment la reconnaître pour que la Joie ne soit plus théorique mais vécue pleinement ?
blessure-psychologique

Blessure n°1 : le rejet

Tout commence dans l’enfance. Selon Lise Bourbeau, il y a deux sources et types d’amour dans la période enfantine :
  • le parent du même sexe nous apprend à nous aimer, à aimer et à donner de l’amour aux autres.
  • le parent du sexe opposé nous apprend à nous laisser aimer par les autres, à recevoir l’amour des autres

L’adulte rejeté a en général eu des problèmes avec le parent du même sexe que lui, il se serait senti rejeté. Or il veut absolument obtenir cet amour, jusqu’à même devenir haineux. 



Comment l'enfant rejeté agit-il ?

Il cherche a attirer l’attention des autres, il aura tendance à vivre dans un monde onirique, à être dans la lune.
Il n’osera pas être lui même par peur d’être encore plus rejeté.

Son profil :

  • il préfère ne pas s’attacher aux personnes, ni aux choses, pour avoir toujours la possibilité de fuir au cas où il se sentirait rejeté
  • il souffre de complexe d’infériorité, il se dévalorise
  • il aime la solitude
  • il va faire son possible, consciemment ou inconsciemment pour se mettre dans des situations où il se sentira rejeté, il voit le monde selon le prisme du rejet.

Blessure n°2 : l’abandon

L’abandon est différent du rejet. Le sentiment d’abandon apparaît lorsqu’un parent est absent, qu’il préfère organiser son temps autour du travail ou d’autres personnes, ou de favoriser un autre enfant de la fratrie.
La blessure de l’abandon prend naissance avec le parent de sexe opposé qui ne lui aurait pas donné assez d’amour.

Comment l’abandonné réagit-il ?

Celui qui a peur de l’abandon construit des relations de dépendance avec les autres : il a toujours besoin des autres, et son bonheur dépend des autres.
La blessure d’abandon est souvent couplée à celle du rejet : un parent nous rejette, et l’autre parent n’agit pas contre cela, il nous abandonne.
Plus tard, l’enfant abandonné risque de développer une relation de dépendance envers ses propres enfants.

Son profil :

  • il se met dans la position de victime : pour attirer l’attention il va se créer beaucoup de problèmes, tout devient grave. Grâce à ses problèmes, il reçoit de l’attention.
  • il a du mal à être autonome dans son travail
  • il a besoin d’être soutenu, de recevoir de l’attention
  • il ressent beaucoup de tristesse lors des moments de séparation
  • il a besoin de se sentir désiré sexuellement
  • il montre une extrême gentillesse pour être sûr d’être aimé
  • il a très peur de la solitude

Blessure n°3 : l’humiliation

Le sentiment d’humiliation apparaît tout simplement quand les parents ont humilié le petit enfant. Celui-ci ressent une forme de honte envers lui-même, il vit sous le contrôle de ses parents.
 L’enfant humilié va tout faire pour plaire à son parent.

Comment l’enfant humilié agit-il ?

L’humilié a une tendance au masochisme, il se punit lui même avant que les autres ne le fasse.

Son profil :

  • il cherche à aider les autres même si cela ne l’arrange pas

  • il n’est plus du tout à l’écoute de ce qu’il veut tellement il a peur des autres et de leurs réactions

  • il a tendance à rire beaucoup de lui même

  • il se sent toujours coupable

  • il n’arrive pas à être heureux

  • il n’aime pas le sexe

  • il a un grand sens du devoir

  • il a peur de la liberté

Blessure n°4 : la trahison

Petit, l’enfant a eu une relation fusionnelle avec son parent de sexe opposé. L’enfant a compris que le parent avait grand besoin de lui. Mais un jour, ce parent a rompu la nature de ce lien.

Comment l’enfant trahi agit-il ?

L’enfant trahi a ensuite besoin de contrôler les choses.

Son profil :

  • son besoin de contrôle s’exerce sur lui même : il est fidèle en tout et respecte tous ses engagements
  • il a besoin de prouver sa valeur aux autres
  • il a besoin de contrôler les autres pour être sûr de ne pas être trahi plus tard
  • il a des opinions fermes et souhaite parfois les imposer aux autres
  • peu de patience
  • il a besoin de contrôler son futur et n’arrive pas à apprécier le moment présent

  • il ne se confie pas, ne montre pas ses faiblesses
  • il est très rancunier
  • il a très peur de la séparation : il n’aime pas les engagements, ce qui lui fait peur

Blessure n°5 : l’injustice

Pas apprécié à sa juste valeur, pas respecté, l’enfant qui souffre d’injustice ne reçoit pas ce qu’il pense mériter. 
Son parent du même sexe aurait été trop froid et sévère.

Comment l’enfant qui a subi des injustices agit-il ?

L’enfant qui a subi des injustices se protège en devenant rigide. Il veut faire croire aux autres et à lui-même que rien ne peut l’affecter.

Son profil :

  • il peut paraître très froid, il ne sait pas montrer son affection
  • il est envieux des autres
  • il a honte lorsqu’on est trop généreux avec lui
  • il a très attaché à la notion de bien et de mal
  • il est pourtant optimiste et ne demande jamais de l’aide
  • il sait cacher ses émotions, il rit beaucoup pour masquer ses autres émotions
En vous inscrivant ici, vous allez être informé de nouvelles solutions durables :
Merci pour votre inscription et votre confiance !