Les bienfaits du sport sur notre cerveau


Par La Rédaction

Publié le 26 févr. 2019

Thèmes : sport  cerveau  mémoire  antidépresseur 


Nous savons tous que le sport est bon pour la santé du corps. Mais connaissez-vous les bienfaits du sport sur le cerveau ? L’exercice physique agirait sur le développement du cortex préfrontal et dans la partie qui centralise notre motivation (le stratium ventral).
En plus d’être bon pour la santé physique, le sport nous détend, et nous rend même plus intelligent.
Le Dr. Mark Tarnopolsky disait : « Si il existait un médicament qui apporte autant de bienfait que le sport, ça serait le médicament le plus rentable qui soit ».
bienfaits-sports

Petit rappel : le sport fait-il réellement perdre du poids ?

Le sport est essentiel dans la perte de poids car il augmente la masse musculaire. Or plus on a de masse musculaire, plus notre métabolisme de base sera important (plus on brûlera de calories au repos).
Mais c’est surtout la combinaison entre une bonne alimentation et de l’exercice physique qui fera pencher la balance du côté souhaité.
Faire du sport dans l'unique but de perdre du poids serait passer à côté de ses plus riches bénéfices.

Notre cerveau a été conçu pour le mouvement !

La fonction initiale du cerveau est d’impulser le mouvement pour pouvoir s’adapter à l’environnement, à ses menaces. Le neuroscientifique de l’université de Cambridge, Daniel Wolpert, affirme que notre cerveau est conçu dans un seul but : faire des mouvements complexes afin de s’adapter à son environnement. Notre cerveau impulse toutes nos actions (même les plus basiques : manger, marcher, boire). Et tout ce que nous faisons met en action nos muscles.

Les effets bénéfiques du sport :

  • On se sent immédiatement bien pendant et après le sport grâce aux endorphines naturelles que produit notre cerveau : on est de meilleur humeur, moins inquiets, plus positifs.
  • Le sport est un antidépresseur naturel grâce à ces endorphines naturelles (opiacés endogènes) qui flattent le système de la récompense. Le sport agit comme une drogue sur le cerveau : plus on en fait, plus on a envie d’en faire. Le plus dur est donc de s’y mettre ….
  • Le sport muscle aussi le cerveau : on apprend plus facilement et rapidement. Selon plusieurs études réalisées par l’université de Californie, les élèves ayant les meilleurs résultats sont ceux qui font régulièrement du sport.

Pourquoi on se sent mieux quand on fait du sport ?

Le sport nous stimule grâce à la hausse de dopamine

Le sport augmente la dopamine créée par le cerveau et crée de nouveaux récepteurs de dopamine dans la zone de récompense.
En faisant du sport, on entre dans un cercle vertueux. Plus on fait du sport, plus on a envie de ressentir les bienfaits de la dopamine, et donc plus on a envie de faire du sport.
La dopamine est l’hormone du plaisir. Elle est fabriquée quand la zone cervicale de la récompense est stimulée. La dopamine entretient alors notre « envie d’avoir envie ».
Si le cerveau ne fabrique pas assez de dopamine on se sent déprimé, moins concentré, on n’est plus motivé.

Le sport nous apaise grâce à la baisse de cortisol

Quand on fait du sport, l’hormone du stress (le cortisol) baisse.
Plusieurs études ont montré qu’un taux de cortisol élevé entraîne une augmentation de la masse grasse abdominale. Ce gras non désiré est responsable de maladies cardiovasculaires et de troubles métaboliques.
Le cortisol détruit les tissus du cerveau, et trouble le bon fonctionnement de l’hippocampe (la partie du cerveau qui gère l’apprentissage, la mémoire et justement, le contrôle du stress).
Faire du sport le matin entraîne une baisse du taux de cortisol significative tout au long de la journée, même si elle stressante.

Faire du sport nous rendrait plus intelligent ?

Le sport provoque plusieurs effets positifs sur le cerveau et plus particulièrement sur l’apprentissage car le mouvement envoie au cerveau le signal que quelque chose est en train de se passer.
Du temps des cavernes, la survie de l’homme dépendait de sa capacité à faire des mouvements : il fallait se mouvoir pour trouver sa nourriture et surtout échapper aux prédateurs. Par fidélité à cette époque, le cerveau a gardé pour habitude que lorsque le corps est en mouvement, il se passe quelque chose d’important, qu’il faut être concentré et apprendre plus vite. A l’inverse quand on est sédentaire, le cerveau comprend qu’il n’est pas en danger, le cerveau devient alors paresseux.

Quand on fait du sport, le cerveau libère une substance : le BDNF (Brain-Derived Neurotrophic Factor, ou facteur neurotrophique issu du cerveau). Cette substance a le pouvoir magique de régénérer le cerveau : de nouveaux neurones se créent, les connexions entre neurones sont meilleures.
Le BDNF rend plus forte notre mémoire et la plasticité du cerveau. Le BDNF protège (et répare) le cerveau des maladies neurovégétatives.

Y a t-il une activité sportive particulière pour rendre notre cerveau plus puissant ?

Les activités sportives dites aérobiques (c’est à dire de faible intensité moyenne : entre 60 et 80% de votre fréquence cardiaque maximale) sont celles qui créent le plus de BDNF dans notre cerveau.
En 2013, une étude parue dans le journal « Sports Science and medicine », montre que seulement 20 à 40 minutes de sport aérobic par jour augmentent le taux de BDNF dans le sang de 32%.

Conseils pour bien entretenir son cerveau grâce au sport :

  • rester régulier dans sa pratique car le cerveau doit s’habituer et se souvenir des effets positifs
  • faire du sport le matin pour bénéficier toute la journée de l’effet anti-stress grâce à la baisse de cortisol
  • pratiquer une activité aérobique au minimum 20 minutes par jour