E319 : cet additif alimentaire qui bloque notre immunité


Publié le : 24 sept. 2020

Par : La Rédaction

Thèmes abordés :  


Selon une étude de l’Université d’Etat du Michigan, l’additif alimentaire E319, que l’on retrouve dans certains aliments transformés, ferait baisser notre immunité ainsi que l’action des vaccins contre la grippe.

Cet additif, affaiblit le fonctionnement du système immunitaire d’une part, et réduit sa mémoire d’autre part. Le corps ne sait alors plus comment répondre lors d’une prochaine attaque du virus de la grippe. Si le système immunitaire a perdu sa mémoire, seule une nouvelle infection lui permettra de se renforcer.
additif-alimentaire-baisse-immunite-e319

L’additif E319 : présent dans de très nombreux produits

L’additif E319 est malheureusement l’un des plus courants. On le retrouve dans de très nombreux produits issus de l’industrie agroalimentaire.
Appelé encore Butylhydroquinone tertiaire (BHQT), l’additif E319 est particulièrement présent dans les produits surgelés et déshydratés.
En France, l’UFC-Que Choisir a testé et classé 300 additifs et estime que l’additif E319 est peu recommandable. D’autres pays comme le Japon ont même choisi de le supprimer totalement.

A quoi sert l’additif E319 ?

Il possède un effet antioxydant, il protège les matières grasses et les arômes de l’oxydation.
Il est présent dans les huiles de cuisson, les viandes et poisson congelés, et bien sûr tous les aliments transformés tels que les chips, certaines crèmes glacées, les frites surgelées, les céréales, les arômes, les soupes déshydratées, les bouillons, le lait en poudre, les préparations pour les gâteaux, etc…

Comment l’additif E319 diminue notre immunité ?

Des chercheurs ont fait le lien entre la consommation de cet additif et le dysfonctionnement du système immunitaire au cours d’une étude réalisée sur des souris.
En intégrant cet additif à la nourriture des souris, ils ont remarqué que :
  • les souris possédaient moins de lymphocytes T CD4, les cellules du système immunitaire capables de détecter le virus de la grippe, et les rares qui étaient encore présentes fonctionnaient moins bien
  • les souris possédaient moins de lymphocytes T CD8, les cellules du système immunitaire capables de combattre le virus.
  • les souris ont développé une inflammation des poumons
Ainsi, le corps ne peut plus se défendre contre le virus de la grippe. Le virus se propage alors beaucoup plus facilement.
L'idéal reste toujours d’éviter les aliments transformés.
Références

https://msutoday.msu.edu/news/2019/food-additive-may-influence-how-well-flu-vaccines-work/

En vous inscrivant ici, vous allez être informé de nouvelles solutions durables :
Merci pour votre inscription et votre confiance !