Pourquoi les abeilles sont nécessaires à notre survie ? Quelles solutions ?


Par La Rédaction

Publié le 14 févr. 2020

Thèmes : abeille  pollution  miel 


Si les abeilles disparaissent, l’humanité en a pour 4 ans, disait Albert Einstein.

Petites mais indispensables à l’équilibre de la vie sur Terre, elles sont un maillon essentiel de notre écosystème.
 Nous dépendons des abeilles, tout comme elles dépendent de nous.
Malheureusement, par la main de l’Homme, les abeilles sont en voie de disparition. 
Selon, l’UNAF (Union nationale des apiculteurs de France), la mortalité des abeilles s’est aggravées depuis une vingtaine d’année. On est passé d’un taux de mortalité de 5% à 30% par an en moyenne.

Pourquoi le déclin des abeilles est un fléau pour l’humanité ? Pourquoi disparaissent-elles ? Quelles solutions pour les aider à survivre ?
abeille-disparition-humanite

Quel est le rôle des abeilles ?

Elles ont un rôle crucial dans la reproduction et la survie des plantes sauvages et cultivées.
Les abeilles transportent le pollen d’une fleur mâle vers la fleur femelle d’une même espèce. Cette pollinisation est un acte nécessaire à la reproduction des plantes : la survie de 80% des espèces végétales en dépendent. Seules les abeilles et quelques insectes assurent ce rôle de pollinisateur. Sans cette pollinisation, il n’y a pas de reproduction, les plantes ne peuvent survivre.
 Plus les abeilles pollinisent, plus les fruits et légumes qui en résultent sont gros, beaux et uniformes.

Bien sûr les abeilles sont également indispensables à la production de miel.

Pourquoi les abeilles disparaissent ?

Le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles décrit la mortalité anormale des colonies d’abeilles domestiques. Cela se traduit par la disparition des abeilles dans une ruche. Ce phénomène se produit souvent vers la fin de l’hiver. Parfois ce syndrome peut atteindre 90% des abeilles d’une ruche.
Les raisons sont multiples :

Les pesticides :

Les abeilles sont très sensibles aux produits phytosanitaires toxiques utilisés de façon intensive sur les cultures agricoles, sur les bords de route, dans les jardins des particuliers.
Et lorsque l’abeille butine une fleur traitée, cela lui est fatal.
 Selon l’Anses, il existe en 2008 plus de 5000 produits commerciaux dont l’usage peut provoquer la mort des abeilles.
Si aucun changement n’est opéré au sujet de l’usage des pesticides, la disparition des abeilles sera inévitable.

Les monocultures intensives :

Les abeilles ont besoin de se nourrir de diverses plantes, sinon le fait de se nourrir d’une seule plante les fragilise.

Les parasites :

Le varroa par exemple est un acarien venu d’Asie. Il attaque les abeilles en leur aspirant le sang. Affaiblies, elles ne peuvent survivre à son attaque.

Le changement climatique :

Les périodes de sécheresse plus longues et intenses rendent les abeilles plus fragiles.

La pollution par les ondes :

Les ondes électromagnétiques auraient un effet sur les abeilles selon les apiculteurs. Les abeilles utilisent les champs magnétiques terrestres pour s’orienter dans l’espace. Une étude réalisée à l’Université de Coblence a mis en évidence la sensibilité des abeilles aux champs éléctromagnétiques : après avoir soumis des ruches au rayonnement, le poids des cadres d’alvéoles étaient de 20% inférieurs aux cadres non irradiés, 50% des abeilles habitant les ruches irradiées n’ont plus retrouvé leur chemin vers la ruche.

Cette étude est à confirmer et à déployer à plus grande échelle pour en vérifier la pertinence.

Le frelon asiatique :

Prédateur des abeilles depuis les années 2000, il aime détruire les ruches d’abeilles en les dévorant.

Les conséquences de la disparition :

Conséquences écologiques :

Si les abeilles sont en danger, c’est toute la biodiversité qui l’est également.
S’il n’y a pas assez de fleurs, les pollinisateurs ne peuvent se nourrir, ils meurent, et comme dans un cercle vicieux, cela réduira la diversité végétale.
Cela posera de gros problèmes alimentaires car plus d’un tiers de nos fruits et légumes dépendent de la pollinisation des abeilles. Sans elles, ces aliments disparaitront.
En plus, certains animaux dont la survie dépend également de ces espèces végétales, disparaîtront également.
C’est toute la chaîne alimentaire qui est concernée.

Conséquences économiques :

  • Le travail de pollinisation des abeilles est estimé à 153 milliards de dollars par an. Si nos abeilles disparaissaient, cela provoquera une chute des rendements agricoles et cela aura donc pour conséquence, une hausse des prix de l’alimentation.
  • De plus, le fait de devoir polliniser les cultures par d’autres processus aura également un coût. Ce coût sera répercuté sur le prix des produits alimentaires.
  • Les abeilles sont génératrices d’emploi. Sans elles, les apiculteurs n’auront plus de raisons d’être. Et la raréfaction du miel se fait déjà ressentir. Entre 1995 et 2013, la production de miel est passée de 32000 tonnes à moins de 15000 tonnes alors que le nombre de ruche n’a pas changé. Le miel va être de plus en plus cher.

Comment aider les abeilles ?

  • offrir aux abeilles des zones de butinage saines, sans produits phytosanitaires toxiques. Plantez des fleurs même sur une toute petite terrasse urbaine, c’est possible !
  • préférer le miel bio et local pour soutenir l’activité des apiculteurs
  • ne plus utiliser de pesticides et herbicides dans votre jardin
  • installer votre propre ruche dans votre jardin
  • parrainer une ruche : www.untoitpourlesabeilles.fr